Réunion publique Lapanouse – Saint Martin – Val de Caussels – Lude – Bellevue – Saint Salvadou du 18 novembre 2021

Conseil de quartier Maison des sports WEB (11).jpg

Le jeudi 18 novembre à la Maison des Sports, Stéphanie Guiraud-Chaumeil et l’équipe municipale sont allés à la rencontre des Albigeois des quartiers de Lapanouse-St Martin-Val de Caussels et du Lude-Bellevue-St Salvadou à l’occasion d’une réunion publique où de nombreux sujets de vie quotidienne ont été abordés par nos concitoyens.


Après l’introduction de la réunion et la présentation des élus présents en nombre par madame le maire, Laurence Pujol, adjointe au maire déléguée à la participation citoyenne, a présenté le service « Allo Mairie » et exposé les nouvelles démarches de démocratie active lancées par la Ville d’Albi à travers l’installation du Conseil Consultatif Albigeois et le lancement d’un budget participatif d’un million d’euros destiné à la réalisation de projets proposés et votés par les Albigeois pour la période 2022–2026.

Elle a également rappelé les permanences du point d’accès aux droits municipal chaque mercredi après-midi à l’Atelier, espace social et culturel de Lapanouse, ainsi que les permanences mensuelles de proximité des deux élus de quartiers :


– Zohra Bentaïba pour le secteur Lapanouse / Saint-Martin / Val de Caussels, chaque 1er mercredi du mois de 14h à 15h à L’Atelier, espace social et culturel de Lapanouse-Saint Martin 7, square Amiral-Abrial

– Jean Esquerre pour le secteur Lude / Bellevue / Saint-Salvadou, chaque 1er mercredi du mois de 16h à 18h à l’École Nougaro-Teyssier (restaurant scolaire-bureau de vote) 44, rue du Roc.

La parole à ensuite été donnée aux habitants qui ont pu interpeller madame le Maire et les élus sur divers sujets.


En matière de sécurité et de tranquillité publique, certains habitants ont fait état d’un problème récurrent de pannes d’éclairage public sur le quartier de Lapanouse depuis plusieurs semaines.


Stéphanie Guiraud-Chaumeil, rappelant l’historique des faits, a indiqué que cette situation étaient connue des pouvoirs publics et qu’elle était malheureusement la conséquence d’actes malveillants identifiés depuis peu.

Les services de l’agglomération interviennent quotidiennement pour réparer et remettre en service et une main courante a été déposée auprès du commissariat.

Les polices nationale et municipale (dont la brigade nocturne) sont saisis et intensifient leur présence sur site afin d’identifier les auteurs et mettre un terme à ces agissements qui nuisent à la qualité de vie des riverains de plusieurs rues du quartier.


D’autres habitants ont souhaité interroger l’équipe municipale sur le devenir du cœur du quartier de Lapanouse à savoir le secteur de la place de la Marne et sa galerie commerciale et du square Abrial, rappelant que certains halls d’immeubles étaient confrontés à la présence d’individus s’adonnant à différentes formes de trafic au mépris des locataires qui se sentent en insécurité.


En ce qui concerne la sécurisation des halls d’immeuble, Madame le Maire a souhaité rappelé que, s’agissant d’une propriété privée, leur gestion relève du bailleur social Tarn Habitat et que la collectivité n’est pas habilitée pour y intervenir.

Elle s’est engagé à relayer ces préoccupations auprès du bailleur, rappelant néanmoins l’engagement d’une présence accrue de la police municipale et notamment de la brigade de nuit sur le quartier.


Pour rappel, la brigade de nuit de la police municipale est joignable 7 jours sur 7 de 20h30 à 6h15, 7 jours sur 7 au 06 37 00 54 60.


S’appuyant sur l’exemple du travail partenarial engagé avec succès entre la Ville, l’Agglomération et Tarn Habitat pour l’opération de renouvellement urbain menée sur le quartier de Cantepau, madame le Maire a indiqué qu’une même dynamique collaborative devait pouvoir être engagée pour le quartier de Lapanouse.

S’agissant de la galerie et des locaux commerciaux qui relèvent de la compétence de Tarn Habitat madame le maire a indiqué que la collectivité ne peut pas agir en lieu et place du propriétaire qui doit assumer ses responsabilités par une démarche pro-active en faveur de la recherche de nouveaux services commerciaux et de proximité au sein des locaux dont il a la gestion.


Sur l’aménagement des espaces publics du cœur de quartier, madame le Maire a rappelé qu’il s’agit bien d’un engagement de mandat pour l’équipe municipale dans le cadre du projet présenté en 2020 et a confirmé la volonté de la Ville de le réaliser aux côtés de ses partenaires.


Les bases d’un projet partagé ont déjà fait l’objet d’échanges au sein du conseil de quartier sur le mandat précédent, qu’il faut poursuivre avec le bailleur et les habitants pour requalifier la place de la Marne et le square Abrial, apaiser les circulations sur l’avenue Flandres Dunkerque, créer de nouveaux espaces verts pour donner une configuration plus urbaine et moins routière, rendre le cœur de quartier apaisé et apaisant pour une meilleure attractivité sociale et commerciale.

Chacun doit pouvoir apporter sa pierre à l’édifice en y consacrant les investissements nécessaires pour un projet d’ensemble et qualitatif.


Sur le secteur de Bellevue, l’équipe municipale a également été interpellée sur l’état et le devenir de l’ancienne voie ferrée. En ce qui concerne son état général, Stéphanie Guiraud-Chaumeil a confirmé que la Ville saisit régulièrement la société RFF pour la rappeler à ses obligations d’entretien. Un rappel sera fait par rapport aux préoccupations exprimées. Concernant l’avenir de cette voie non exploitée, elle ajoute qu’à ce jour, RFF n’a pas encore rétrocédé ses terrains à la collectivité et qu’il s’agit d’une procédure relativement longue, qui dure depuis plusieurs années.


D’autres riverains ont souhaité évoquer les questions de mobilités et notamment la problématique de la circulation des deux roues sur les trottoirs, qu’il s’agisse de vélos ou de trottinettes


Sur ce point, Steve Jackson et Jean-Michel Bouat ont souhaité cibler la problématique des incivilités et en ont appelé à la responsabilité des usagers et au respect du code de la route. Jean-Michel Bouat, adjoint au maire, a également souligné que l’utilisation du vélo est en hausse depuis deux ans et que c’est pour répondre à cet enjeu que la Communauté d’agglomération de l’Albigeois a mis en place un service de prêt de vélos avec stage de prise en main obligatoire (VAE, vélos cargo et vélos pliants) qui permets aux usagers de tester l’usage d’un cycle pendant 2 mois avant de procéder à un achat. Dans ce cadre, une aide de 150 € pour l’achat peut être prise en charge par l’Agglomération qui propose également des sessions de formation avec des stages d’apprentissage à la circulation en milieu urbain.


Madame le maire et président de l’Agglomération a insisté sur le travail engagé pour l’élaboration d’un schéma directeur cyclable qui permettra un meilleur partage de l’utilisation des voiries par les usagers en fonction de leur moyen de locomotion. Pour autant, il n’est pas possible de créer des pistes cyclables en site propre à la demande du fait de la configuration de certaines voies.


Jean-Christophe Delaunay, conseiller municipal délégué à la sécurité a indiqué que des contrôles coordonnés de la police municipale et de la police nationale seront effectués dans les semaines à venir sur des lieux précis. Ils porteront sur l’équipement des cycles, trottinettes et motocycles, notamment sur l’éclairage et les nuisances sonores provoquées par des échappements non conformes.


D’autres participants ont mis en exergue les questions de stationnement et de circulation automobile notamment rue Lavazière.


Cette voie pénétrante regroupe en effet plusieurs difficultés et fera l’objet d’une requalification à la fois de la voie circulée, des trottoirs et de la piste cyclable. Le projet a été retardé en raison de la construction d’une nouvelle résidence avenue Gambetta et du projet de restructuration des bâtiments du Bon Sauveur. Il apparaissait nécessaire de planifier les interventions sur cette rue en fonction de ces opérations privées, notamment en ce qui concerne les réseaux humides.

Madame le maire a précisé que dès le début de l’année 2022, il sera procédé à une modification des conditions de stationnement sur le côté droit de la rue et à la sécurisation de la traversée piétonne au niveau de l’intersection avec l’avenue Gambetta.


En réponse à une question sur la vitesse excessive des véhicules constatée rue Plaine Saint-Martin, des contrôles pourront être effectués par la police municipale.


Concernant la rue des Jardins, Stéphanie Guiraud-Chaumeil a expliqué que des travaux sur le réseau de gaz sont en cours sous la maîtrise d’ouvrage du concessionnaire GRDF avec l’accord de la Ville, avant la réfection des réseaux humides pour ne pas avoir à ré intervenir sur ce secteur par la suite et réduire ainsi les nuisances pour les riverains.


Plus globalement, elle a rappelé que le budget voirie communautaire était de 9 M d’€ par an dont 6M d’€ consacrés à la voirie albigeoise. Même si l’enveloppe financière est conséquente, elle suppose de faire des choix par ordre de priorité car les travaux de voirie et de réseaux sont coûteux. A titre d’exemple, ce sont 1 M d’€ qui ont été consacrés à l’aménagement de la rue de Jarlard et 1,5 M d’€ à celui de la rue du Roc.


Autre sujet intéressant les habitants, les transports en commun ont fait l’objet de plusieurs questions, relatives notamment vis-à-vis de la desserte du secteur sud de la ville et notamment des coteaux de Bellevue-Saint Salvadou.


Jean-Michel Bouat, en charge de ces sujets en tant que vice-président de l’Agglomération a exposé la stratégie communautaire en la matière, indiquant que la desserte en transport collectif sur ce secteur est rendue plus difficile par l’étroitesse des voies. En effet, l’élargissement des chemins, même s’il est techniquement tout à fait possible, est rendu difficile par les dispositions de la Loi sur l’Eau qui contraignent les possibilités de busage des fossés, alternative qui permettrait d’adapter la voirie à la circulation des transports collectifs sans préjudice pour la circulation des véhicules légers.


Il a précisé que la fréquentation des transports en commun est passée de 8 200 personnes par jour avant la crise sanitaire à 9 200 personnes par jour en 2021. Le coût d’acquisition d’un bus est de 300 000 € et le budget annuel de l’Agglomération pour l’entretien de sa flotte est de 6,6 M d’€ pour une recette de 700 000 €.


Les différentes lignes du réseau sont revues chaque année pour dimensionner les nouveaux parcours avec le soin de préserver aux maximum les équilibres entre intérêts collectifs et individuels. Il confirme enfin que la ligne G sera ré ouverte sur le secteur dès 2022, une fois la rue du Roc ré-ouverte.


Jean-Michel Bouat a rappelé que le TAD (transport à la demande) est un service accessible à tous qui fonctionne toute l’année sur réservation du lundi au samedi de 8h30 à 18h30, pour les liaisons entre toutes les communes de l’agglomération qui n’ont pas de lignes régulières et vers le centre ville d’Albi.


Madame le maire a également souligné le succès du Mobile senior qui a pour finalité d’accompagner la personne de son domicile vers un autre lieu préalablement défini à Albi. Ce service géré par le Centre communal d’action sociale (CCAS) est gratuit et sans condition de ressource. Il s’adresse aux Albigeois de plus de 70 ans, autonomes mais rencontrant des difficultés à utiliser le réseau de transport en commun.


Concernant les projets d’investissement privé sur le secteur du Verbial, Stéphanie Guiraud-Chaumeil a confirmé qu’une demande de permis de construire était en cours d’instruction mais qu’aucune information ne pouvait être communiquée au public à ce stade de la procédure dans le respect des règlements en vigueur. Ce projet devra respecter les contraintes imposées par les orientations d’aménagement et de programmation (OAP) encadrant ce secteur géographique fixées dans le cadre du PLUi.


Une dernière question a permis d’aborder le sujet des incivilités sur les points d’apport volontaire et notamment sur l’espace des containers enterrés situé place Charles Bellet dans le secteur de la plaine Saint-Martin.


Stéphanie Guiraud-Chaumeil a confirmé que la collectivité était parfaitement consciente de cette situation et que des agents de l’Agglomération étaient assermentés pour verbaliser en cas d’infraction constatée. Si les containers enterrés sont très efficaces dans les zones d’habitat densifié et permettent de réduire les flux de poubelles, il est primordial de lutter contre les incivilités, chacun s’accordant également sur le fait que la récupération des déchets recyclables doit pouvoir être développé par le biais de structure adaptée comme les recycleries.


Cette seconde réunion publique riche d’échanges a encore une fois permis à chacun de s’exprimer et de poursuivre la réflexion collective entre élus et habitants sur les actions à mener à court, moyen et long terme pour le secteur Lapanouse-Saint Martin-Val de Caussels et du Lude-Bellevue-Saint Salvadou.